INTRODUCTION

D’autres que moi m’ont certainement précédé mais je tenais à vous faire un petit bilan de mon expérience sur un an en tant que beta-testeur public. Et dans ce sens, je voudrais que vous y réfléchissiez à deux fois avant de vous lancer dans cette aventure.

1. LA CURIOSITE

Si vous êtes comme moi… un peu touche à tout mais surtout très curieux et assez impatient, lorsque vous entendez parler d’un futur système d’exploitation génial avec des nouveautés encore plus géniales et une nouvelle UI encore plus géniale que les nouveautés géniales… vous avez envie de savoir de quoi il s’agit…

C’est comme ça que j’ai commencé, il y a presque un an jour pour jour (à une ou deux semaines près, on ne va pas en faire toute une histoire hein), par impatience, que je me suis lancé dans le monde de la beta. C’était pour iOS 10. Vous savez la GM ! La Golden Master. Cette version d’iOS qui est la candidate à la sortie imminente ! Vous vous dites que vous serez une personne privilégiée en installant cette GM, que votre vie va changer…

Bon d’aucun dira que j’exagère. Ce qui est vrai, c’est que la première fois qu’on a un système d’exploitation plus récent que celui des personnes que l’on côtoie… C’est assez “satisfying”. Mais on ne se doute pas de l’affaire dans laquelle on embarque.

2. LES POURS

Vous installez la beta, vous savez votre téléphone à jour, vous êtes rassuré : il dispose des dernières technologies, des dernières mises à jour de sécurité et des des dernières fonctionnalités de l’OS. Pour vous, il n’y a aucun problème. Pourtant… Apple a glissé dans sa beta un utilitaire très sympathique : Feedback Assistant. Le logo de Feedback Assistant est la propriété d’Apple Inc.

feedback-assistant

Cet outil permet de signaler tous les bugs, du plus gros au plus petit, le détail, le pixel de travers si vous préférez, ce qui m’amène à la troisième partie.

3. LES BUGS ( = CONTRES)

Car, oui, le principe de la beta est de rapporter les bugs à Apple. C’est grâce à ces programmes de test public que les entreprises publient des systèmes et des applications qui fonctionnent bien. Windows (sic).

Lors de mon beta test iOS 10, je n’ai pas rencontré beaucoup de bugs. Mais lorsque j’ai sauté le pas et décidé de passer mon MacBook en beta… Ce n’était pas vraiment pareil. Sous Sierra, tout allait bien, ou presque. Sous iOS 10, seule ma batterie en prenait un coup. Mais, est arrivé Juin, High Sierra et iOS 11…

Sachez que les bugs sont légions dans les premières beta d’un système d’exploitation !

Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenus. Et c’est là que l’on comprend les instructions données par Apple avant d’installer les betas.

Please note that you are about to install beta software. Always back up your data and files before installing beta versions of macOS. If you have multiple Mac computers, we strongly recommend installing on a secondary system. Backing up files on a Mac is easy with Time Machine, the built-in backup utility.

Apple

Ce qui peut se traduire simplement par, sauvegardez tous vos fichiers parce que vous pouvez tout perdre. Alors oui, je peux comprendre que ca puisse en démotiver quelques uns. Mais j’ai persisté. High Sierra me voilà ! Et 1 !  Et 2 ! Et 3 ! Et 4 ! 4 betas sans problèmes trop handicapants. Mais la 5e était moins généreuse. Presque toutes les applications natives n’avaient plus de connexions avec les services correspondants, la majorité des apps qui tournaient en fond ne démarraient plus comme prévu au démarrage et les services de Cloud se sont détraqués. Le pire dans tout ça… C’est que le Mac App Store ne se connectait plus… au Mac App Store. Qu’est-ce que cela signifie ? Je vous laisse le déduire… Plus de mise à jour de macOS. Ah oui, je vous le fait pas dire, ça, c’est vraiment problématique.

Toutefois, il existe toujours une solution grâce au terminal. Ici, mon sauveur, c’est : softwareupdate -ia.

Oui, il m’a sauvé. Mise à jour vers la beta 9. Tout fonctionne. Miracle. Pèlerinage à Lourdes. Carnaval de Rio. C’est la fête.

4. LES SOUVENIRS

Le meilleur souvenir que j’ai de cette expérience, c’est la publication des rapports de bug. Avoir l’impression de participer (à mon échelle) à la construction de macOS. C’est une sensation plaisante. Mais il ne faut pas la mettre en perspective avec tout le travail accompli par les développeurs… Ca aurait tendance à dévaloriser le geste.

CONCLUSION

Avant de vous lancer dans l’aventure de la beta, évaluez bien les risques. Si cela porte sur un OS (cela vaut aussi pour Windows), évitez vos terminaux principaux et surtout les ordinateurs. Si cela porte sur des logiciels, il y a moins de risques mais évitez quand même vos outils de productions. Mais sinon, sauvegardez vos données et lancez-vous ! C’est une expérience enrichissante qui aide à comprendre le cycle de développement de nos outils !

Pour ma part, mon MacBook va reprendre sa place dans les séries standards mais je pense laisser mes périphériques iOS en beta test. C’est bien moins risqué.

BONNE RENTREE !